Une hirondelle ne fait pas le printemps

10 janvier 2017 Categorie : Cas d'exemples

Pour les vacances, nous avions choisi d’aller au bord de la mer Méditerranée avec un couple d’amis et les enfants. Nous avions donc réservé un vol Nantes – Nice au début de la deuxième quinzaine de juillet, avec la compagnie EASYJET. Malheureusement, l’avion qui devait assurer notre vol est arrivé avec près de 4 heures de retard à Nantes, si bien que nous sommes nous-mêmes arrivés à destination avec 4 heures et 30 minutes de retard avec tous les inconvénients que cela entraîne (l’agence de location de voitures était fermée, et nous avons dû prendre un taxi jusqu’à notre hôtel, à plus de 40 kilomètres de l’aéroport).

Nous avons tenté d’obtenir réparation auprès de la compagnie EASYJET, mais celle-ci nous a expliqué que l’avion qui devait nous emmener jusqu’à Nice avait été victime d’une collision avec un volatile à l’occasion du vol précédent le nôtre, et qu’en pareille circonstance, elle n’était pas tenue de nous verser quoi que ce soit. Déçus, mais loin d’être résignés, nous avons fait appel à JUSTIFIX.

A l’issue de la procédure, nous avons pu constater que le seul oiseau dans cette affaire, était celui pour lequel la compagnie EASYJET nous prenait. Contrairement à ce qu’elle affirmait, le retard de notre vol n’était pas dû à une collision aviaire, mais à une simple panne technique, qui n’exonère absolument pas le transporteur du paiement des indemnités réglementaires.

Bilan, la compagnie a été condamnée à verser une JUSTIFIX indemnisation de 1.050 euros par passager

Une Hirondelle Ne Fait Pas Le Printemps by Justifix on Scribd